Je tourne une page.

Après avoir batifolé avec les anges et passé un an en compagnie de miss Waouh je reviens vers une énergie plus alignée avec mon unité.

La Vie, avec ses hauts et ses bats, ses ombres et sa lumière.

C’est comme si je pouvais à nouveau faire entièrement confiance à la Vie.

Ne plus vouloir contrôler, trier, juger, détenir des « outils » ou penser qu’on devrait faire comme ci ou comme ça pour « améliorer » sa vie.

J’ai tellement fui ! Tellement fui la vie, les autres, moi même, pour éviter de reconnaître ce qui est, ce que je suis, ce qui est là.

Pourquoi vouloir être « ailleurs » qu’ici ou différente de ce que je suis ?

Tout est exactement parfait pour moi aujourd’hui.

J’ai tellement « travaillé » sur moi et demandé aux autres de faire pareil ! Que d’attentes et de déceptions, de pression et de fuite du présent. ( et des cadeaux sous mes yeux )

Pour moi la clé aujourd’hui c’est d’être heureux d’être qui je suis. Avec mes qualités, mes défauts, mes hauts et mes bas. L’ensemble. Pas juste la face qui chante.

J’arrête de vouloir me « changer » ou de changer les autres ou de changer le monde.

Car c’est vain, prétentieux et en plus ça interfère avec la puissance et la perfection de la vie.

La vie c’est un truc beaucoup plus vaste que ma conscience, avec laquelle je crée en permanence.

« Follement humaine »… Oui je suis humaine, je ne suis pas là pour remonter là haut et m’extraire de la matière. Je viens de là haut pour m’incarner sur terre. La moitié du trajet est fait ! Je ne vais pas faire marche arrière.(en plus je déteste ça !)

« Follement » car je reconnais avoir des énergies contradictoires qui cohabitent en moi. C’est ok et c’est même ce qui rend l’expérience enrichissante. Non, je ne suis pas que rayon de soleil, chaleur et vie paisible, je suis aussi brouillard, tempête, pluie, tonnerre et tsunami ! Je peux être caniculaire le matin et givrée l’après midi. Et alors ?

Je peux faire de la tronçonneuse le matin et allaiter ( pas en même temps je te rassure !) dans la même journée. Ça t’étonnes ?

Je peux être miss Waouh et Calamity Jane 5mn après. Où alors Miss Kata Stroff !

Je peux être douce et fragile et me transformer en Serial Killeuse si on attaque mes enfants. Incompatible ?

Je suis d’accord de vivre toutes ces facettes, sans rejeter une partie de moi, car tout fluctue, et je ne suis rien en particulier. Je suis toute la gamme. Je ne vais pas jouer qu’une seule note dans ma vie. Qu’est ce que ce serait chiant !!

Je ne vais pas te faire croire que je n’ai QUE des « hauts » ! J’ai des périodes de « crise » existentielle, où je remet TOUT en question, où c’est très inconfortable pour mes proches, où je crie sur mes enfants, où je suis une égoïste qui s’enferme dans son atelier, mais je sais que je ne suis pas QUE ça. Je peux être aussi exactement l’inverse : pleine de compassion, d’attentions, disponible, qui chérit ses enfants etc…

Ces « bas » en fait ce sont des énergies qui ont besoin d’être libérées. Et j’en libère beaucoup parce que je le peux. Je suis prête à revêtir toutes sortes de « rôles » pour laisser passer ces énergies.

Parce qu’au fond, je sais que tout ça n’existe pas. Ce sont des projections, des prétextes ou occasions à exprimer les morceaux de soi qui attendent dans les « couloirs du temps » pour les autres et pour soi simultanément.

Ça ne me dérange pas de tenir le « mauvais » rôle si ça peut rendre service !

Car en réalité « je projette sur l’autre ce que je renie de moi. »

Tout ce que je ne veux pas voir en moi, parce que je le juge, le déteste, parce que c’est insupportable à ma conscience d’avoir cette « tare » en moi… Moi qui voulais être « pure », « sage » ou « exemplaire » ,tout ce que je refuse de reconnaître en moi, je vais le voir EN SOULIGNé chez l’autre. Effet miroir.

Et tout ce que je vais voir chez l’autre, je vais le croire extérieur à moi ??

« Moi au moins, je n’ai pas ça ! Moi au moins, je ne fais pas cette connerie là, moi au moins, je suis consciente !!! »

« Moi au moins, je fais un travail sur moi ! »

J’étais là dedans aussi, à croire qu’il y avait d’un côté les conscients, et de l’autre les inconscients. Et à me sentir au dessus d’eux…

Eh bien cher lecteur, ( si tu es encore là ! ) je me suis prise cette grande claque dans la gueule de constater qu’on est tous reliés !! Donc moi c’est toi et toi c’est moi !!

Ah oui et aussi, je lâche les « outils ».

A quel point les « outils » peuvent me couper de ce que j’ai simplement à vivre …

Aïe, une émotion arrive, vite, un bistouri pour la découper, Oh, une perception arrive, vite, un déblayage pour mieux la « gérer. »

Oh, un malaise, vite une question pour ne pas le laisser s’installer !

C’est quoi ces tentatives de contrôle sur les processus naturels ?
C’est quoi ces « préservatifs » à émotions ?

Ben oui ça marche super bien tous ces outils. C’est vachement plus confortable. Hyper efficaces.

Mais tout ce que j’ai cru « supprimer » ou « décréer », en fait je l’ai mis en « quarantaine » et ça a quand même besoin de circuler, quelque part, dans cette dimension ou une autre.

Ce que je vais refuser de vivre, je vais le faire vivre à une autre partie de moi. (ou de mon corps ?)

Dérangeant ? Passionnant ?