Ma peur du jour !

Tu as déjà eu l’impression d’avoir des antennes supersoniques ou qu’un ange gardien prenait soudainement possession de ton corps ? 
Tu sais, quand tes réflexes précèdent ta pensée, et que tu ne réalises qu’après coup ce qui vient de se passer ? 

Cela m’est arrivé cet après midi lors d’une promenade dans les rues glacées de Ribeauvillé.
Il faisait froid mais on avait eu envie de se dégourdir les jambes. Un peu fatigués sur le retour, je demande à ma mère de tenir la main du petit pendant que je porte sur mon dos la grande, car il y a quand même pas mal de voitures qui passent dans l’artère principale-qu’à priori tu supposerais piétonne- de cette cité médiévale.

Normalement je ne porte plus la grande, mais elle avait passé une drôle de nuit avec une sorte de gastro éclair et là elle était clairement cuite.
Le petit proteste et demande à être aussi porté, ce qui était juste impossible pour moi, et que je lui explique.

Je vois ma mère qui tiens la main du petit mais il continue à chouiner pour que je le porte, donc pas dans une énergie calme. 
Ils marchent derrière moi quand une énième voiture passe et mon instinct me pousse à me retourner à cette seconde où je le vois lâcher la main de ma mère pour se projeter contre une voiture qui roule à côté de nous.

Par un geste surnaturel, j’arrive à le choper sans réussir à éviter complètement un petit choc à la tête. Rien de grave, à peine une petite bosse.

Quand je frôle une catastrophe je me pose la question : qu’est ce qui est « juste » ici que je ne vois pas ?

En fait je crois que ce moment effrayant était là pour nous apprendre à tous quelque chose :

A ma mère que en cas d’urgence elle doit parfois tenir la main du petit fermement même si lui ne le veut pas.
A la grande que je ne peut pas toujours la porter quand elle est fatiguée
Au petit qu’il n’est pas immortel, il doit faire attention aux voitures 
A moi que je dois arrêter d’avoir peur qu’ils soient percutés par des voitures car :
– je le crée, 
et je peux me détendre là dessus car
-quand c’est pas ton heure, c’est pas ton heure !

Bref, juste après l’émotion, un sentiment de paix, de gratitude et de confiance en notre étoile est venu m’envelopper. 

Et oui, j’ai des putains de réflexes surnaturels, comme toutes les mamans.